WEG 2014: BRONZEMEDAILLE FÜR DAS SCHWEIZER ENDURANCE-TEAM AN DEN WELTREITERSPIELEN IN CAEN  - August 2014

 

Die Schweizer Equipe mit Barbara Lissarrague, Sonja Fritschi, Andrea Amacher, Veronika Münger und Sandra Bechter hat die Sensation geschafft: Eine tolle Team-Leistung, belohnt mit der Bronzemedaille, in einem von schwierigen Wetter- und Bodenverhältnissen geprägten Rennen. Sowie Barbara Lissarrague mit ihrer phantastischen 11 Jahre alten Stute Preume de Paute, welche in der Einzelwertung den grossartigen 4. Rang erreichte und die Bronzemedaille nach fast 9 Stunden Reitzeit um nur 9 Sekunden verpasste!

Team-Weltmeister wurde Spanien, Frankreich holte sich die Silbermedaille. Die Teams der Nationen wie die Vereinigten Arabischen Emirate oder Katar schafften es nicht, drei Reiter ins Ziel und somit in die Wertung zu bringen. Unschlagbar war in der Einzelwertung hingegen Scheich Hamdan bin Mohd Al Maktoum (UAE) mit der überragenden 15 Jahre alten Stute Yamamah. Er gewann Gold in einer Zeit von 8 Stunden und 8 Min. und einer Durchschnittsgeschwindigkeit von 19.68 Km/h, vor der erst 21 Jahre alten Holländerin Marijke Visser, die mit Laiza de Jalima eine absolut beeindruckende Leistung ablieferte. Bronze geht nach Katar an Abdulrahman Saad Al Sulaiteen.

Barbara Lissarrague, welche nach der ersten Schlaufe und bei strömendem Regen bereits Rang 10 belegte, in der zweiten Schlaufe sogar stürzte, arbeitete sich trotz grosser Schmerzen stetig nach vorne und konnte in der Folge auch von Ausfällen der vor ihr liegenden Konkurrenten profitieren. Auf der letzten Runde fing sie zwei vor ihr liegende Reiter aus Bahrain ab, wurde dann aber noch von Al Sulaiteen (QAT) überholt und um 9 Sekunden geschlagen.

Sonja Fritschi auf Okkarina d'Alsace und Andrea Amacher auf Rustik d'Alsace belegten in einem konstanten und taktisch intelligenten Rennen in der Einzelwertung die Plätze 25 und 26 und trugen damit zum grossen Team-Erfolg massgebend bei.

Für die weiteren Reiterinnen Veronika Münger und Sandra Bechter endete das Rennen bereits vor dem Zieleinlauf. Sandra Bechter zog ihr Pferd Sharimo CH im ersten Vetgate nach einem Verlust des Hufeisens aufgrund des tiefen Bodens und dadurch eingehandeltem, zu grossem Zeitverlust zurück. Veronika Müngers Jannik CH verlor ebenfalls ein Eisen und lahmte in der Folge. Für diese beiden endete das Rennen am zweiten Vetgate.

Resultate - 2002  



Springen

 

Dermott Lennon und die Franzosen

Grosse Überraschung bei den Weltmeisterschaften der Springreiter im spanischen Jerez de la Frontera: Die favorisierte deutsche Titelverteidiger-Equipe hat zum ersten Mal seit 1986 keine Medaille gewonnen. Historisch auch der Absturz der Schweizer Mannschaft: Mit dem 12. Rang erzielten Markus Fuchs/Tinka’s Boy, Beat Mändli/Gryfino und Lesley McNaught/Pershing (Paul Freimüller war nicht am Start, nachdem sein Himmerdor an Kolik erkrankt war) in Jerez das schlechteste Ergebnis aller Zeiten. Die Goldmedaille ging zum dritten Mal nach 1982 und 1990 an die französische Equipe mit Eric Levallois/Diamant de Semilly, Reynold Angot/Tlaloc, Gilles Betrand de Ballanda/Crocus Gravier und Eric Navet/Dollar du Murier – alle vier Reiter sassen übrigens im Sattel von in Frankreich gezogenen Selle-Français-Hengsten. Silber ging an die Schweden, Bronze an die Mannschaft aus Belgien. Das Quartett mit Europameister Ludger Beerbaum/ Gladdys, Markus Ehning/For Pleasure, Otto Becker/Cento und Lars Nieberg/Adlantus As belegte nur den vierten Platz.
Im Einzel wurde Dermott Lennon als erster Ire Weltmeister der Springreiter. Der 32-Jährige setzte sich im Vierer-Finale mit Pferdewechsel mit insgesamt nur einem Abwurf durch. Eric Navet aus Frankreich verpasste mit 8 Fehlerpunkten seinen zweiten Einzeltitel nach 1990. Bronze holte der US-Amerikaner Peter Wylde mit 12 Punkten vor der überraschenden 26jährigen Schwedin Helena Lundbäck, die 21 Zähler sammelte. Die Schweizer Reiter hatten die Teilnahme am Finale verpasst. Bester war Markus Fuchs mit Tinkas Boy als 25.

(nido)

 

 

Resultate Springen

Einzel:
1. Dermot Lennon (IRL) Liscalgot, 4 points;
2. Eric Navet (FRA), Dollar du Murier, 8 points,
3. Peter Wylde (USA) Fein Cera, 12;
4. Helena Lundbäck (SWE) Mynta, 21 points – Nach fünf Runden, vor

Pferdewechselfinal:
5. Gianni Govoni (ITA), Havinia, 13,77;
6. Jos Lansink (BEL) Caridor, 13,77;
7. Otto Becker (GER) Cento, 14,29;
8. Kevin Babington (IRL), Carling King, 14,93;
9. Eric Levallois (FRA), Diamant de Semilly, 16,16;
10. Peter Charles (IRL) Corrada, 18.85;

Fermer:
25. Markus Fuchs (SUI) Tinka’s Boy 32 + ret.

Team:
1. France (Eric Levallois/Diamant de Semilly, Reynold Angot/Tlaloc, Gilles Betrand de Ballanda/Crocus Gravier, Eric Navet/Dollar du Murier), 13,22 points;
2. Suède (Peter Eriksson/Cardento, Royne Zetterman/Richmont Park, Helena Lundbäck/Mynta, Malin Baryard/Butterfly Flip), 21,02;
3. Belgique (Philippe Lejeune/Nabab de Reve, Stanny van Paesschen/O de Pomme, Peter Postelmans/Oleander, Jos Lansink/Caridor), 22,68;
4. Allemagne, 27,69;
5. Holland, 29,39;
6. USA, 29.75;
7. Irlande, 30,94;
8. Italie, 34,82;
9. Brasil, 61,47;
10. Canada, 66,21;

Fermer:
12. Suisse (Markus Fuchs/Tinka’s Boy, Beat Mändli/Gryfino, Lesley McNaught/Pershing)


Dressur

 

Nadine Capellmann und Team Deutschland

Der neue und alte Weltmeister bei den Dressurreitern heisst zum achten Mal in Folge Deutschland. Mit 5642 Punkten setzten sich die Serien-Sieger mit Nadine Capellmann/Farbenfroh, Ulla Salzgeber/Rusty, Ann-Kathrin Linsenhoff/Renoir und Klaus Husenbeth/Piccolina deutlich vor den USA (5527 Punkte) und Spanien (5403 Punkte) durch – das Gastgeberland gewann damit seine erste Pferdesport-Medaille an internationalen Titelkämpfen. Dänemark und Holland, welche beide ebenfalls zu den Medaillenfavoriten zählen, mussten sich mit den Plätzen vier und fünf begügen. Die Schweizer Mannschaft in der Besetzung Silvia Iklé/Romario, Françoise Cantamessa/Laudatio, Daniel Ramseier/Rali Baba und Christian Pläge/Regent erfüllte die Erwartungen: Mit einem Schlusstotal von 5107 Punkten belegten die Schweizer Rang 6 und haben damit bereits die Qualifikation für die Olympischen Spiele Athen 2004 geschafft.
Im Dressur-Einzel gab es derweil einen Umsturz an der Spitze: Nachdem Nadine Capellmann auf dem 12jährigen Farbenfroh ihre Erzrivalin Ulla Salzgeber mit Rusty in Aachen zum ersten Mal schlagen konnte, gelang ihr das in Jerez wieder. In der Endabrechnung (Grand Prix, Grand Prix Special und Kür) gewann Capellmann die Goldmedaille mit fast vier Prozentpunkte vor Salzgeber, die mit der Bronzemedaille vorlieb nehmen musste. Denn als grosse Überraschung hatte sich noch die Spanierin Beatriz Ferrer-Salat auf Beauvalais, die auch den Sieg im Grand Prix Special davon tragen konnte, zwischen die beiden deutschen Reiterinnen geschoben.

 

Resultate Dressur

Einzel: (Grand Prix, Grand Prix Special et Kür):

1. Nadine Capellmann (GER) Farbenfroh, 237,51 points ;
2. Beatriz Ferrer-Salat (ESP) Beauvalais, 234,38;
3. Ulla Salzgeber (GER), Rusty, 233,53 ;
4. Deborah McDonald (USA) Brentina, 233,46;
5. Lisa Wilcox (USA) Relevant, 232,53;
6. Rafael Soto-Andrade (ESP) Invasor, 224,10;
7. Klaus Husenbeth (GER) Piccolino, 221,92;
8. Lone Jörgensen (DEN) FBW Kennedy, 221,62;
9. Lars Petersen (DEN) Blue Hors Cavan, 220,68;
10. Susan Blinks (USA), Flim Flam;

ferner (ohne Finalteilnahme):
19. Daniel Ramseier (SUI) Rali Baba et Christian Pläge (SUI) Regent (punktgleich), 136,92; 23. Françoise Cantamessa (SUI) Laudatio, 134,72.

Team:
1. Allemagne (Nadine Capellmann/Farbenfroh, Ulla Salzgeber/Rusty, Ann-Kathrin Linsenhoff/Renoir, Klaus Husenbeth/Piccolina), 5642 Points ;
2. USA (Deborah McDonald/Trentina, Lisa Wilcox/Relevant, Susan Blinks/Flim Flam, Günter Seidel/Nikolaus), 5527;
3. Espagne (Beatriz Ferrer-Salat/Beauvalais, Rafael Soto-Andrade/Invasor, Juan Antonio Jimenze/Guizo, Ignacio Ramala-Algarin/Granadero), 5403;
4. Danemark, 5319;
5. Hollande, 5256;
6. Suisse (Silvia Iklé/Romario, Françoise Cantamessa/Laudatio, Daniel Ramseier/Rali Baba, Christian Pläge/Regent), 5107;
7. Suède, 5034;
8. Russie, 4983;
9. Canada, 4944;
10. Grande-Bretagne, 4876.

Eventing

 

Jean Teulere und die Amerikaner


22
Stürze, 40 Verweigerungen, viele Aufgaben und Eliminationen: Das zu schwere WM-Cross von Jerez hat keine Werbung für den Military-Sport gemacht, der auf der Abschussliste des Internatioalen Olympischen Komitees IOC steht. Zu den zahlreichen Ausfällen gehörten unter Favoriten wie Doppelweltmeister Blyth Tait (NLZ) oder der Olympiasieger Andrew Hoy (AUS), aber die beiden Schweizerinnen Michèle Schwarzenbach und Barbara Welten sahen das Ziel nicht. Als Mannschaft war die Schweiz damit ausgeschieden. Der Titel in der Mannschaftswertung ging an die Amerikaner in der Formation John Williams/Carrick, Kimberly Vinoski/Winsome Adante, David O’Connor/Giltedge und Amy Tryon/Poggio, vor dem französischen und dem britischen Team. Titelverteidiger Neuseeland landete noch hinter Australien auf Rang 5.
Im Einzel hatte es John Williams in der Hand, für einen amerikanischen Doppelsieg zu sorgen. Doch im abschliessenden Springen zeigte er Nerven und der Franzose Jean Teulere konnte sich als überraschenden neuen Weltmeister der Vielseitigkeitsreiter feiern lassen. Der 48jährige aus Bordeaux ist seit 20 Jahren eine feste Grösse im internationalen Sport. Er nahm bisher viermal an Olympia teil und gewann 1994 mit dem Team Silber in Den Haag. Die Britin Jeanette Brakewell gewann mit Over to you Silber. Bronze ging an die Finnin Piia Pantsu auf dem jungen Schweden Ypaja Karuso.

Resultate Eventing

Einzel:
1. Jean Teulere (FRA), Espoir de la Mare, 45,80 Points;
2. Jeanette Brakewell (GBR) Over to you, 52,00 ;
3. Piia Pantsu (FIN) Ypaja Karuso, 52,60;
4. John Williams (USA) Carrick, 53,00;
5. Phillip Dutton (AUS) House Doctor, 54,8;
6. Kimberly Vinoski (USA) Winsome Adante, 57,80;
7. Olivia Bunn (AUS) GV Top of the Line, 58,00;
8. Jean-Luc Force (FRA) Crocus Jacob Ene, 63,6;
9. Andrew Nicholson (NLZ), Fenicio, 63,8;
10. David 0’Connor (AUS) Giltedge, 64,60;

Fermer:
33. Heinz Wehrli (SUI) Fox Light, 135,60; 39. Ruedi Isler (SUI) Emma Jane, 160,40.

Team:
1. USA (John Williams/Carrick, Kimberly Vinoski/Winsome Adante, David O’Connor/Giltedge und Amy Tryon/Poggio), 175,40 Points;
2. France (Cedric Lyard/Fine Merveille, Jean Teulere/Espoir de la Mare, Jean-Luc Force/Crocus Jacob Ene, Didier Courreges/Free Style Ene), 192,40;
3. Grande-Bretagne (Jeanette Brakewell/Over to you, Pippa Funnell/Supreme Rock, William Fox-Pitt/Tamarillo, Leslie Law/Shear H2O), 199,00 ;
4. Australie, 199,40;
5. Nouvelle-Zélande, 224,80.

Medaillen Spiegel - 2002  

 
Pays
Or
Argent
Bronze
Allemagne
4
2
3
France
4
2
1
USA
3
3
2
Hollande
2
0
0
Emirats arabes
1
0
0
Irlande
1
0
0
Italie
0
2
1
Suède
0
1
2
Grande-Bretagne
0
1
1
Espagne
0
1
1
Kanada
0
1
1
Danemark
0
1
0
Suisse
0
1
0
Australie
0
0
1
Finlande
0
0
1
Belgique
0
0
1

 

Das Rennen gegen die Zeit läuft - 2002  

La course contre le temps à commencé
Le premier défi des "World Equestrian Games"(WEG) a déjà été relevé dans la ville andalouse de Jerez de la Frontera: un défi contre la montre. En effet, d'ici au 10 septembre, avant que ne débutent les Jeux Equestres les plus importants de tous les temps dans sept disciplines différentes, il reste beaucoup de problèmes à résoudre.
Des marteaux piqueurs tonitruants au milieu d'un nuage de poussière, des énormes pelles mécaniques déplaçant des dalles de ciment: le stade olympique de Chapin, situé à trois kilomètres à l'Est du centre ville de Jerez, n'est pour l'instant qu'un chantier gigantesque.

"Une grève, et nous sommes fichus !!"
Francisco Canyero Cuadrado transpire sous son casque blanc. Et pas seulement parce que le soleil brûle dans le ciel andalou ! Le responsable des infrastructures du WEG est bien conscient que tout reste à faire d'ici au début septembre:"une grève, et nous sommes fichus !!", se lamente-t-il.
Rien ne laisse encore prévoir sur ce chantier gigantesque de 60 hectares que, dans quelques mois seulement, les meilleurs chevaux internationaux se disputeront des titres de champion du monde et des médailles.

Deux équipes se relaient.
En ce qui concerne les sous-sols les travaux nécessaires ont déjà été fait; le drainage a été achevé et les lignes électriques ont été posées. Pour ce qui est des constructions au-dessus du sol, les ouvriers triment en deux équipes se relayant.L'ancien stade de football n'est plus qu'un squelette de métal; les jours de la piste en tartan rouge-blêmissant sont comptés. Après des transformations qui ont commencé avec du retard en juin de l'année dernière, Chapin I sera la halle principale des Jeux. 25'000 spectateurs sont censés pouvoir prendre place sur des sièges qui ont été pratiquement déjà vendus depuis Aachen, même s'ils n'ont pas encore été installés. C'est dans ce stade à ciel ouvert qu'auront lieu les cérémonies d'inauguration et de clôture, tout comme les concours de dressage et de saut. Des tribunes couvertes- plutôt pour faire de l'ombre que pour protéger des intempéries, mais qui sait....?- sont aussi en construction. Tout à côté de Chapin I se trouve Chapin II , un autre stade de football reconverti pour l'occasion. Ses tribunes provisoires ont une capacité de 8000 personnes et les spectateurs pourront y voir les épreuves de dressage et de saut du concours complet et le dressage et les obstacles du concours d'attelage.

Un nouveau Palais des Sports couvert.
Chapin III, un palais des sports couvert d'une capacité de 6000 spectateurs, est en construction actuellement avec la vocation d'accueillir la septième et toute nouvelle discipline ce ces Jeux Equestres: la voltige et le reining. Les travaux devaient être terminés à la fin mars. Francisco Canyero Cuadrado explique: "je suis très fier de cette construction, car il s'agit de l'une des halles de sport les plus modernes d' Europe". Le sol lui cause d'ailleurs pas mal de soucis. Après la première semaine et ses compétitions de voltige, il faudra changer le revêtement pour satisfaire aux exigences du reining: nous sommes encore entrain de chercher la meilleure solution avec des spécialistes" nous dit M.Cuadrado.
A côté de ces trois "arènes" se trouvent déjàde grands carrés de sable d'une superficie totale de plus de 30'000 mètres carrés, conçus pour l'échauffement et l'entraînement des chevaux. C'est ici qu'a déjà eu lieu, fin septembre 2001, le dressage du test-CCI**. Une piste de galop a été dessinée tout autour de ces carrés et sera utilisée plus tard comme hippodrome par la Société des courses de Jerez.
De l'autre côté, dans les installations soignées de l'ancien club de tennis, se trouve le village des grooms. Les palefreniers y trouveront une piscine à leur disposition. Seul inconvénient: ils devront se rendre aux écuries en marchant à travers champs.

De la place pour 800 chevaux.
Les boxes se trouvent entre les stades de Chapin II et Chapin III. Des écuries permanentes ont été construites dans le style andalou il y a un an. 100 chevaux peuvent y être logés dans des boxes spacieux et clairs. Les actuels locataires sont quelque vingt chevaux appartenant à l'Ecole, à la police, ou à des privés. En plus de celles déjà existentes, des écuries démontables pour 700 autres chevaux se trouveront à Chapin et sur le deuxième site des Jeux, à Garrapilos.
On discute encore sur leur emplacement exact. Le plan des organisateurs selon lequel les chevaux seraient répartis sur le site d'après leur discipline d'appartenance et non plus par nation comme d'habitude, se heurte à la résistance des chefs d'équipes. Cette solution est peu heureuse aussi pour les chevaux d'attelage et de concours complet qui se verraient obligés de faire la navette entre les sites de Chapin et de Garrapilos qui sont à 17 kilomètres l'un de l'autre. Les chevaux d'endurance sont les seuls à être logés dans le haras militaire de Garrapilos. Leur parcours de compétition, long de 160 km, passe à travers une belle sierra légèrement vallonnée.

Garrapilos est déjà prêt.
De nouveaux bâtiments n'ont pas eu besoin d'être construits à Garrapilos. L'administration, le ravitaillement et le centre pour la presse sont hébergés sous des tentes ou dans des containers mobiles. La construction des parcours de complet et d'attelage à quatre avait déjà été achevée dans les temps pour les deux "test-events" de septembre 2001. Le "course-designer" Mike Tucker a travaillé pendant près de deux ans sur le parcours du championnat du monde et sur les obstacles qu'il a conçus lui même. Des plans d'eau ont été placés assez près l'un de l'autre, de telle façon qu'ils seront utilisables tant que pour le concours complet que pour le marathon d'attelage. Pour l'approvisionnement des bassins on a posé 5000 mètres de petits canaux qui laissent apparaître un petit cours d'eau enchanteur sur une partie de leur parcours dans cette campagne aride. Pour l'élaboration du parcours, Mike Tucker a travaillé main dans la main avec le Hollandais Arjan Brink qui est le responsable pour le parcours d'attelage.
En juin de l'année dernière déjà, l'herbe avait été semée sur les pistes de steeple et de cross. Et pour que l'herbe tendre ne se déssèche pas pendant le chaud été andalou, le parcours a été pourvu d'un système d'arrosage automatique qui pompe des milliers de litres d'eau d'une rivière voisine.

Fournaise ou trombes d'eau, tout est possible.
La grosse chaleur avait déjà été un problème pour les meneurs et leurs chevaux quand ils ont effectué leur test devant 3000 spectateurs en septembre dernier. Le parcours d'attelage avec ses six obstacles était ainsi conçu qu' à bien des endroits les pauvres chevaux attelés à l'arrière devaient respirer des nuages de poussière soulevés par les chevaux de tête. Cet inconvénient fut épargné aux cavaliers prenant part au test-CCI** une semaine plus tard: des trombes d'eau s'abattirent le jour de l'épreuve en rase campagne. Cela avait d'ailleurs été un petit choc pour les Espagnols habituellement gâtés par le temps. "Les statistiques des dernières 60 années donnent une moyenne de précipitations de moins d'un demi-litre par mètre carré au mois de septembre, mais le temps ici en Andalousie peut changer d'un jour à l'autre" remarquait Antonio Ortiz Rufino, le WEG-general-manager. Une consolation pour les organisateurs: la météo ne peut guère être pire que lors des journées-test de l'an dernier quand les sites et les parcours ont été mis à rude épreuve. Les cavaliers furent même surpris par la fermeté du sol malgré les fortes précipitations, et aucun parmi eux ne termina son parcours avec des pénalités de temps.

Helander est satisfait.
Bo Helander, secrétaire général de la FEI, s'était même déclaré fort satisfait : "lors de ma venue ici même il y a deux mois, je m'étais fait de gros soucis quant au comportement du sol à Garrapilos. Mais les organisateurs ont fait du bon travail entre-temps, et je suis très confiant pour les Jeux Equestres de septembre 2002".
Antonio Ortiz Rufino n'est pourtant pas homme à s'endormir sur ses lauriers : "d'ici au mois de septembre nous avons encore beaucoup de pain sur la planche. Rien que pendant les deux journées de test, j'ai rempli un cahier d'idées pour apporter des améliorations". Il n'y a plus qu'à lui souhaiter de trouver le temps de les réaliser.
 
(Nido)


D'autres informations et réservation de places :

WEG Jerez 2002
Organizing Committee
Complejo Deportivo Chapin
Avenida del Polo s/n
11405 Jerez de la Frontera, Spanien
Telefon +34 956 32 67 39, Fax +43 956 32 67 44

Internet: http://www.jerez2002weg.com
On peut réserver des places on-line par le système des cartes de crédit.
E-mail pour toutes les questions: info@jerez2002weg.com
E-mail pour la réservation des places: ticketing@jerez2002weg.com

 

 

Copyright © 2002 / 2015 - Horse sof the World - alle Rechte vorbehalten